Je limite ma consommation de viande pour préserver ma santé et la planète

« Quoi ? Tu ne vas pas devenir vegan quand même ? », « Oh la bobo », « Ça y est, encore une vegan », « Et les protéines, t’as pensé aux protéines ? » … C’est le genre de réflexions auxquelles j’ai le droit de la part de mon entourage quand je ne prends pas de viande ou même quand je me sers une petite portion.
Pourquoi tant de rejet quand il s’agit de ce sujet, de limiter sa consommation de viande ?

Je limite ma consommation de viande pour préserver ma santé et la planète

Manger de la viande, c’est culturel

Est-ce si difficile à comprendre que :

  1. Eh bien, la viande, ce n’est pas ce que je préfère manger. C’est une question de goût.
  2. On n’a pas besoin d’autant de viande. En France, comme dans beaucoup d’autres pays, c’est culturel. Quand on réfléchit à ce qu’on va manger, on choisit d’abord la viande, puis les féculents, puis les légumes.
  3. Trop de consommation de viande tue la planète.

Avant, la viande était un luxe. L’après-guerre a vu émerger une surproduction, et donc une surconsommation. Et pour nous, c’est devenu normal de manger 1 à 2 fois par jour de la viande. De plus, cette surproduction de viande par l’industrie alimentaire a inévitablement fait baisser la qualité.

Alors qu’il est conseillé de consommer 500g de viande par semaine, aujourd’hui, nous en consommons le double !

La consommation de viande : quel impact sur notre environnement ?

  • Une surexploitation des animaux et une disparition de nombreuses espèces animales. Ne pouvons-nous pas leur accorder plus de respect, au lieu de penser qu’ils ne sont juste là que pour nous nourrir ?
  • Une consommation d’eau excessive : 13500 litres d’eau pour produire 1kg de viande de bœuf ! (source Futura Planète)

N.B. : cette donnée est le résultat de la quantité totale d’eau nécessaire à la production. Elle comprend donc l’eau que consomme un bœuf sur 3 ans de vie, l’eau nécessaire à la production de son alimentation et l’eau nécessaire à la ferme et à l’abattoir. Le tout divisé par kilo.

  • Une empreinte carbone énorme : l’agriculture génère 30% des émissions de gaz à effet de serre (source WWF France), majoritairement dû à l’élevage et à la culture céréalière réalisée pour nourrir cet élevage. D’ailleurs, céréales qui pourraient nous nourrir nous et notamment beaucoup de personnes qui ne mangent aujourd’hui pas à leur faim.

Selon le rapport de WWF France, une alimentation saine composée de deux tiers de protéines végétales et un tiers de protéines animales suffirait à diminuer de 38% notre empreinte carbone.

La consommation de viande : quel impact sur notre santé ?

  • Une augmentation du risque de cancers (notamment de l’intestin) selon l’INSERM. Cela est principalement dû au fer héminique qui participe à des réactions d’oxydo-réduction dans l’intestin.
  • Une augmentation des risques cardio-vasculaires.

Comment diminuer ?

Pour commencer à diminuer votre consommation de viande, pourquoi ne pas vous fixer un challenge ? Par exemple, en vous engageant pourquoi pas dans la démarche « lundi vert » ? Chaque lundi, remplacez la viande et le poisson. Voire même allez plus loin et participez à une étude scientifique menée par le CNRS, l’INRA et plusieurs universités.

Commencez par de petites décisions simples et diminuez progressivement. Vous verrez bien que ce n’est pas si compliqué et que vous pourrez facilement vous en passer ;).

Où j’en suis de ma consommation de viande ?

De mon côté, comme je vous le disais précédemment, la viande n’est pas vraiment mon dada. La viande rouge notamment. Le poulet et la charcuterie, c’est plus compliqué d’y résister, je l’avoue. Autour d’un verre entre amis, difficile de ne pas succomber à la planche apéritive et son saucisson sec.
Cependant, je suis arrivée au stade où je ne pense plus systématiquement à la viande lorsque je réfléchis à la préparation de mon prochain repas.
Par semaine, je dois consommer 2 à 3 fois de la viande et une fois du poisson (plus la charcuterie irrésistible de la planche apéro). J’ai sacrément diminué, alors qu’il y a plusieurs années, cela pouvait être deux fois par jour (on en revient au problème culturel). Comme diraient certains, je ne suis pas très loin du flexitarisme : adopter un régime végétarien, mais consommer occasionnellement de la viande, lors d’une sortie au restaurant ou d’un repas chez des amis par exemple.

Alors pourquoi diminuer sa consommation de viande demanderaient certains ?
Pour l’environnement, les animaux, notre santé. Sans oublier le porte-monnaie ! Préférez manger moins de viande (de maigre qualité) et vous offrir une pièce de qualité occasionnellement chez le boucher.
Dernière info à ce sujet : selon le World Resources Institute (WRI), la demande alimentaire devrait augmenter de plus de 50% en 2050, et la demande d’aliments d’origine animale devrait augmenter de près de 70%. Comment réussir à nourrir tout le monde ?

Avançons ensemble pour le bien de notre planète et notre santé. Mais n’oubliez pas d’être indulgent avec vous-même !

Comments (10)

  • Avatar

    Sofia

    Il n’y a pas si longtemps que ça moi aussi j’aurais fait des commentaires moqueurs devant un questionnement sur la consommation de viande. Mais avec les connaissances dont nous disposons maintenant, sur l’avenir de la planète, comment la préserver, et la révélation de pratiques scandaleuses agroalimentaires, et la souffrance animale, difficile de continuer à se moquer… et petit à petit, moi qui ne concevait pas un repas digne de ce nom sans viande, j’ai essayé de modifier notre alimentation à la maison et je fais sans problème le lundi vert! Et aussi d’autres jours de la semaine 😀 Le plus difficile c’est de trouver des menus «flexibles» car nos enfants ne se sentent pas prêts à diminuer la viande autant que mon mari et moi. Une étape à la fois! Espérons que les membres de votre entourage comprennent votre démarche, et qui sait, peut-être modifieront-ils leur alimentation à l’avenir!

  • Avatar

    Apolline

    Merci pour votre commentaire Sofia ! Une telle démarche ne peut être que progressive, dans sa réflexion et ensuite dans son application. Ce n’est pas si simple de changer ses habitudes, et je veux bien croire que c’est encore moins simple au sein d’une famille. En tout cas, bravo pour cette évolution !! Petit à petit nous arrivons à sensibiliser nos proches (mon conjoint de mon côté, et j’essaye de le faire progressivement avec des amis par exemple). Ils sensibiliseront ensuite d’autres personnes.

  • Avatar

    Nymeria

    Pour ma part, je voudrais être végétarienne (mais quelques écarts quand je ne peux pas faire autrement son tolérables), c’est juste du côté de mes parents que ça coince… Je ne perds pas espoir😂
    Donc je ne peux que saluer ta décision de consommer moins de viande !

  • Avatar

    Ornella

    Bravo à toi, je suis dans la même démarche et au niveau du poisson aussi. Il faut pas croire, les eaux de notre monde sont dévastées.

  • Avatar

    Apolline

    Merci Ornella ! Oui, j’avais lu un article sur Konbini il y a quelques sur la disparition de certaines espèces de poisson, dont un que j’aimais manger. J’essaye de faire attention également !

  • Avatar

    Apolline

    Si tu vis chez tes parents, je me doute bien que ça doit être compliqué. Mais au moins tu peux les sensibiliser un minimum ! Petit à petit…

  • Avatar

    Elise

    Super article, et super démarche. Nous en sommes là aussi, à la maison. Je n’aime pas particulièrement la viande rouge, on n’arrive juste pas encore à se passer de raclette carnée, de tartiflette et autres barbecues pendant la belle saison. Mais en y allant progressivement, je pense qu’on pourra aller plus loin dans la démarche et on finira par arrêter définitivement. Mais comme le zéro déchet, par exemple, c’est quelque chose qui se fait vraiment progressivement.

  • Avatar

    Apolline

    Merci Elise <3 Le tout étant effectivement d'y aller progressivement, de ne pas avoir l'impression de se priver ni de culpabiliser. Diminuer à 2-3 fois par semaine, c'est ce que je vise et c'est déjà pas mal ! 🙂

  • Avatar

    Chanaël

    Effectivement, je ne comprends pas les gens qui juge ce que les autres mange. Moi je mange de la viande et du poisson, je ne souhaite pas changer cela pour le moment. Je souhaite juste faire un change, manger plus de poisson que de viande, mais je ne me permettrais jamais de jugé un vegan, un flexitarien ou autre. Après je pourrais (jugé) les actes extrémistes. Après comme j’aime testé des trucs je pourrais pendant 1 ou 2 semaines faire un essai mais je sais déjà que je ne pourrais pas le faire sur toute une vie.
    En tout cas bravo à toi.

  • Avatar

    Apolline

    Oui, le principal est de ne pas juger, que la personne soit vegan ou très carnivore ! Chacun avance comme il peut, sur le terrain qu’il veut 🙂

Leave a comment